Catégorie : Enquête lexicographique

Mots et usages d'une catégorie historiographique

Le lexique de la nouveauté dans les livres de famille florentins (XIVe-XVe siècles)

À partir du XIVe siècle, des générations de pères florentins ont pris la plume pour transmettre à leurs descendants tout ce qu’ils estimaient bon et utile pour l’avenir de la famille. Ces écrits privés – appelés ‘livres de famille’, ricordi, ou ricordanze – forment un corpus hétérogène à certains égards mais cohérent dans son circuit de communication et dans son approche résolument pragmatique…

L’adjectif neu («nouveau»/ «neuf») dans la Geschichtklitterung de Fischart (1550-1590)

En écho aux billets de Mathilde Bernard sur le lexique de la nouveauté chez Rabelais, ce billet propose une brève incursion dans la Geschichtklitterung de Johann Fischart, première transposition allemande, largement augmentée, du Gargantua de Rabelais …

Neo-Latinity and the Neoteric in Early Modern England

In An Essay Towards a Real Character, and a Philosophical Language (1668), John Wilkins provides a list of words denoting ‘newness’: ‘Renovation, innovate, renew, anew, Neoteric…

Ecclésiologie et musique : la « mutation » selon Gerson, remède aux désordres du temps ?

Le terme mutatio et ses équivalents français (mutacion, muance) ne sont pas anodins dans l’œuvre de Gerson. Ils retiennent l’attention par deux critères…

« Siècle » et « âge » dans les dictionnaires néerlandais de la seconde moitié du seizième siècle

A partir des années 1540, les Pays-Bas, fortement marqués par leur bilinguisme franco-néerlandais, connaissent une activité lexicographique croissante et diversifiée. De plus en plus de dictionnaires bi- ou plurilingues paraissent dans les grands centres commerciaux et intellectuels de Gand et d’Anvers. Dès les premiers dictionnaires franco-néerlandais, l’influence de Robert Estienne est attestée[1]. Or, chez les…
Lire la suite

Le mot « siècle » dans l’Apologie pour Hérodote d’Henri Estienne. Marquer l’opposition ou estomper les limites temporelles ?

L’Apologie pour Hérodote, publiée par l’imprimeur humaniste et réformé Henri Estienne au début des guerres de Religion (1566), dénonce les fautes du catholicisme sous l’angle de la succession des temps. Son titre intégral laisse deviner un dispositif à double détente…

Le mot « siècle » dans les textes publiés en Angleterre au 16e siècle

Ainsi qu’il apparaît dans l’Apologie pour Hérodote d’Henri Estienne (voir le billet de Mathieu de La Gorce, Le mot siècle dans l’Apologie pour Hérodote…), le mot « siècle » est fréquemment employé au seizième siècle pour désigner la période contemporaine à l’auteur de l’ouvrage, souvent précédé d’un déictique (démonstratif ou possessif)…

Le champ sémantique de la nouveauté dans la correspondance officielle de Machiavel

Au sein des Legazioni, commissarie, scritti di governo, l’analyse lexicologique permet de rendre compte de ce que nous pourrions appeler la réactivité de la langue, à savoir la capacité de Machiavel à s’adapter au réel et à en rendre compte dans les lettres qu’il rédige lorsqu’il est secrétaire de la seconde chancellerie florentine …

Les mots de la re-naissance autour de la question de la langue «vulgaire»

Même si le terme de rinascità, dû à Vasari, apparaît en 1550 dans ses Vies des plus excellents peintres, on rencontre peu d’occurrences du mot dans le français de l’époque avec le sens culturel que nous lui donnons de « retour à l’Antiquité ». Son sens est avant tout théologique, et désigne la régénération spirituelle…

Rien de nouveau sous le soleil ?

L’adjectif « novel », s’appliquant à ce qui est jeune, ou renouvelé (« novele neif », « novel tens d’esté ») est attesté dès le XIIe siècle, ainsi que la locution adverbiale « de nuvel », « de novel », signifiant « récemment » ou « une fois de plus ». Quand Rabelais évoque la « nouveauté », par conséquent, ce n’est pas avec des termes inédits…

Retour en haut